centre logement environ bateaux especes secteur
info photos

Les zones de pêche dépendent de la saison et des exigeances des clients.

 

Big Game

Pour le thon, l’espadon voilier et la dorade coryphène, nous faisons des sorties entre les 30 et 50 km. Tout dépend de la clareté de l’eau et la présence des bancs de yaboys (nourriture des prédateurs).

Pour le marlin il faut aller plus loin, 80 à 90 km – là où on trouve les taluds du plateau continental.

Pendant la saison intermédiaire (décembre/avril), nous pêchons sur les épaves/rochers a des distances entre le 30 et 100 km.

Le point fort pour atteindre ces distances lointaines, rapidement et confortablement, est évidemment la puissance du Screaming Eagle.

 

Pirogues

Les zones de pêches pour les pirogues sont naturellement complètement différentes.

En pirogue, nous pêchons dans le bras de mer, entre les îles, près de la côte en à proximité de quelques bouées.

Les meilleurs endroits sont près de l’ile de Mar Lodj, l’île du Diable, Palmarin, Djiffer,

Pointe Jackson et Diombos.

Ces endroit se situent, en fonction du lieu d’hébergement, entre 15 min et 2 heures de route.

Dans la plupart des cas, nous pêchons dans des profondeurs de 8/10 m, exceptionnellement 26 m. La conséquence de ces profondeurs faibles est une défence vigoureuse des poissons. Des départs de quelques centaines de mètres ne sont pas exceptionnelles.

Les zones de pêches sont connues par la plupart des piroguiers. Néanmoins, la plupart d’entre eux ancrent à quelques dizaines de mètres de l’endroit idéal. La plupart du temps, ils ne sont pas au courant de la structure du fond.

Dans le Saloum, le paradis de la pêche, les prises ont fortement diminué les dernières années. Néanmoins il reste possible de faire de belles pêches si on est bien préparé et si on se trouve à l’endroit idéal. Ces endroits, la structure du fond et la présence des poissons sont uniquement à déterminer à l’aide d’un sonar et d’un personnel formé pour interpréter les données de cet appareil.

Grâce au sonar nous avons assez vite appris la structure et nature des fonds, les taluds, les obstacles et les endroits préférés des poissons.

Un avantage supplémentaire du sonar est qu’il nous indique , à part la présence des poissons, leur taille et la profondeur où il se trouvent.

Dans le cas où le sonar n’émet aucun signal, nous ne nous arrêtons même pas et continuons notre chemin vers un autre lieu. Pas de perte de temps.